Comment fonctionne une franchise

La franchise

La franchise fut créée en 1930 aux États-Unis. Son but premier était alors de contourner les lois antitrust américaines dans le secteur automobile. Pourtant, la franchise va se développer avec l’explosion des concepts très créatifs. Aujourd’hui, la franchise est un modèle de plus en plus prospère. La France passe de 34 réseaux en 1971 à 1 000 en 2006. En 2015, plus de 1 800 franchiseurs sont répertoriés en France avec plus de 69 000 points de vente. La France se positionne ainsi comme leader européen de la franchise. Découvrez dans cet article comment fonctionne une franchise.

Qu’est-ce que la franchise ?

Qu'est-ce que la franchise

Qu’est-ce que la franchise

La franchise est un accord commercial entre deux entités juridiquement indépendantes. Elle repose sur un contrat de franchisage qui réglemente les droits et devoirs des deux parties concernées.

1. Définition de la franchise

La franchise est un accord commercial et juridique par lequel une entreprise  (franchiseur) s’engage auprès d’une autre entreprise (franchisée). Les termes de cet accord stipulent que le franchiseur met au service du franchisé, son savoir-faire et une assistance continue en contrepartie d’une rémunération. La franchise apparaît donc comme un réseau développé, réglementé par un contrat bien précis. Le franchiseur est généralement une entreprise qui a développé une activité rentable et duplicable. L’entreprise franchisée quant à elle est une personne morale ou physique indépendante qui désire exploiter les ressources développées par le franchiseur.

Cliquez ICI pour recevoir 1H de formation offerte

2. Le principe du modèle de la franchise

La franchise fait partie de la grande famille du commerce organisé. Son développement s’effectue en réseau avec au centre une entreprise indépendante. Cette dernière est une entreprise qui a su se démarquer en mettant sur pieds un concept original. Ainsi, plutôt que de s’agrandir en créant des nouveaux points de vente, elle le délègue à d’autres entreprises indépendantes.

Dans la pratique, les nouveaux points de vente conservent les mêmes attributs que le franchiseur. Il s’agit donc de la même marque, le même savoir-faire, la même définition de produits, les mêmes moyens logistiques, etc.

Avant de pouvoir franchiser une entreprise, vous devez prouver que votre activité est rentable. Cela, dans les mêmes conditions d’exploitation que l’entreprise centrale. L’accord de franchise est formalisé par le contrat de franchise. Ce contrat engage deux parties. D’une part le franchiseur qui s’engage à donner une exclusivité d’exploitation à son franchisé pendant la durée du contrat. D’autre part, le franchisé quant à lui s’engage à respecter les clauses du concept mis à sa disposition.

3. Les catégories de franchises 

On distingue 3 sortes de franchises :

  • La franchise de distribution : Dans ce cas, le franchisé  se contente de vendre dans sa propre structure, les produits du franchiseur.
  • La franchise de services : Ici, le franchisé réalise des prestations de service en utilisant le nom ou la marque du franchiseur. Pour ce faire, il se doit de respecter les protocoles du franchiseur lors de ses différentes prestations.
  • La franchise industrielle : le franchisé fabrique des produits pour le compte du franchiseur en respectant ses consignes.

Ainsi, un franchisé est avant tout un entrepreneur. Il sera amené à gérer son affaire au quotidien sur le plan comptable, commercial et managérial. D’une façon générale, les franchisés sont des salariés en reconversion professionnelle. En effet, selon les franchiseurs, des pré-requis (expertise et compétences techniques) peuvent être demandés.

4. Les avantages et les limites de la franchise

Les avantages de la franchise

En tant qu’entreprise franchisée, vous démarrez sur un projet qui a déjà fait ses preuves sur le terrain. Vous pouvez également vous appuyer sur l’expertise et la notoriété du franchiseur pour assurer la pérennité de votre structure. Ceci étant, vous bénéficiez d’une assistance continue du franchiseur durant toute la validité du contrat. Vous pourrez donc bénéficier des outils performants du groupe, tout en restant indépendant. Il est également possible de bénéficier d’une exclusivité d’exploitation en un lieu donné.

Le franchiseur quant à lui, a l’avantage de voir sa structure se multiplier et d’accroître ainsi sa visibilité. Il bénéficie également financièrement du fait qu’il n’a pas à financer la création d’un nouveau point de vente. En effet, le franchisé s’occupera lui-même de tout ce qui concerne l’achat ou la location des bureaux, l’aménagement, les salariés, etc. Il dispose également d’un argument de taille pour les négociations.

Les limites de la franchise

Parmi les principales limites de la franchise pour le franchisé on peut citer :

  • L’obligation de respecter les termes du contrat de franchise : pour que le réseau soit cohérent, vous devez en respecter les termes. Par conséquent, vous n’êtes pas vraiment libre de votre stratégie de développement. De plus, vous devrez rendre des comptes au franchiseur et aux autres membres du réseau de franchisé.
  • Un apport personnel conséquent : en effet, créer en franchise demande un investissement financier plus important que de créer son entreprise soi-même. Vous avez l’obligation de choisir un emplacement spécifique, de respecter un aménagement et de payer des redevances.
  • Vous ne pouvez pas vendre votre affaire par la suite sans l’aval du franchiseur.

Les principales contraintes de la franchise pour le franchiseur sont les suivantes :

  • Renoncer à un développement propre plus rentable de sa structure : en choisissant de déléguer l’exploitation de son concept, le franchiseur se prive de la possibilité d’exploiter le potentiel dudit territoire.
  • Adapter la structure de son entreprise pour répondre aux besoins du réseau : le franchiseur doit constamment anticiper sa croissance en fonction de l’évolution du réseau.

Toutefois, en échange de l’exploitation de son concept, le franchiseur percevra une rémunération de la part du franchisé. Cette rémunération consiste en : droits d’entrée et royalties qui peuvent être fixes ou proportionnels au chiffre d’affaire.

Comment choisir sa franchise ?

Comment choisir sa franchise

Comment choisir sa franchise

Choisir une franchise pour créer son entreprise nécessite de se poser les bonnes questions afin de prendre une décision éclairée. Voici quelques étapes à suivre pour faciliter votre choix :

Étape 1 : Choisir son secteur d’activité

C’est la première étape et la plus importante. En effet, se lancer en tant que franchisé demande d’être passionné par le fait de créer une entreprise. Entreprendre dans un secteur qui vous attire vous permettra de garder la motivation afin d’assurer la croissance de votre entreprise. Cela vous permettra également de faire une première sélection parmi les franchises disponibles.

Étape 2 : Faire un bilan des compétences et connaissances nécessaires

Pour devenir franchisé, vous devez avoir un minimum de qualification en gestion d’entreprise, marketing, management du personnel, etc. De plus, vous devez également avoir une maîtrise du domaine d’activité visé. C’est la raison pour laquelle les franchiseurs mettent généralement des formations à la disposition des franchisés.

Il est donc important que vous sachiez identifier vos points forts, ainsi que vos limites. C’est pourquoi un bilan des compétences est requis. Vous saurez alors les domaines dans lesquels vous former davantage. Le bilan des compétences peut également vous orienter sur les choix de recrutement stratégique afin de réussir votre projet.

Étape 3 : Tenir compte de la notoriété de la franchise

L’image de marque du franchiseur compte pour beaucoup dans le choix de sa franchise. C’est d’ailleurs le critère fondamental car la franchise doit vous permettre de bénéficier de la notoriété de la marque. De cette façon, vous n’aurez pas à fournir trop d’effort pour construire vous-même votre propre image. Aussi, il convient de vérifier auprès du franchiseur les informations suivantes :

Le franchiseur est propriétaire de sa marque (il doit avoir fait en sorte de la protéger)

Le budget qu’il alloue à la promotion de son entreprise (marketing et communication).

Son impact sur internet (réseaux sociaux, marketing en ligne, etc.).

Pour finir, renseignez-vous auprès de la structure, des résultats obtenus lors de sa dernière campagne marketing. Vous pourrez davantage vous faire une idée de sa notoriété.

Étape 4 : Déterminer la taille et la viabilité de son marché

Avant de vous lancer en franchise, vous devez déterminer la portée du marché visé. Cela, afin de déterminer s’il est en pleine expansion ou en déclin. Pour ce faire, vous devez vous renseigner sur les statistiques de vente dudit secteur. Vous pouvez aussi en discuter avec le franchiseur avant de vous décider. Une étude de marché est donc souhaitable afin d’évaluer la part de marché souhaitée. Vous pouvez même envisager de demander l’avis d’un expert. Il est important que vous puissiez vous engager en connaissance de cause.

C’est également à ce moment que vous devez vous interroger sur le meilleur emplacement pour votre entreprise. Cela a en effet un impact considérable sur la réussite de votre commerce. Vous devez donc tenir compte de la demande sur le marché du territoire ciblé. Au final, privilégiez une franchise qui propose des produits dont la demande est durable.

Étape 5 : Évaluer la concurrence de la franchise

Évaluer la concurrence de la franchise

Évaluer la concurrence de la franchise

Afin de vous assurer de l’efficacité du réseau, vous devez vous renseigner sur les entreprises concurrentes dans le secteur. Il convient également de vérifier leur présence dans la zone géographique que vous désirez conquérir. Par ailleurs, évitez de sous-estimer l’impact des jeunes entreprises. Celles-ci peuvent à la longue s’avérer de sérieuses concurrentes.

Pensez également à vous enquérir auprès du franchiseur de :

Sa valeur ajoutée par rapport à ses concurrents.

L’aide qu’il est disposé à vous fournir au démarrage de votre entreprise. N’hésitez pas à la comparer à celle offerte par la concurrence.

N’oubliez pas de vérifier si la franchise a le monopole sur le territoire visé.

Étape 6 : Vérifier les clauses d’exclusivité éventuelles 

Lors d’une procédure de franchisage, des clauses d’exclusivité peuvent être incluses dans le contrat. Ces clauses d’exclusivité sont des documents qui vous confèrent des avantages. Ce qui représente un atout non négligeable pour vous. Vous devez donc en tenir compte au moment de vous lancer en franchise. Elles sont émises par le franchiseur et sont de trois types en particulier :

La première est la clause d’exclusivité de franchise : Dans ce cas, le franchiseur s’assure que vous soyez le seul franchisé du réseau sur un territoire donné. Toutefois, il peut quand même ouvrir des marques non franchisées dans ce lieu.

La seconde possibilité est la clause d’exclusivité d’enseigne : Dans ce cas de figure, en tant que franchisé, vous êtes le seul à pouvoir vendre sur le périmètre mentionné dans la clause. Cependant, cela n’empêche pas le franchiseur de ravitailler des magasins non franchisés dans le secteur.

La dernière clause est celle de l’exclusivité d’approvisionnement : Vous serez alors le seul à pouvoir vendre les produits de la franchise sur le secteur spécifié dans la clause. Aussi, le franchiseur ne peut approvisionner que vous. Ce qui fait de cette clause un avantage de taille. C’est la raison pour laquelle elle est rarement proposée par les franchiseurs.

Cliquez ICI pour recevoir 1H de formation offerte

Étape 7 : Tenir compte de l’investissement initial demandé

Avant de vous lancer dans une franchise, vous devez considérer les frais qu’il vous faudra engager lors de l’investissement. Ces frais sont généralement de plusieurs ordres et comprennent :

Les droits d’entrée : Ceux-ci sont variables d’une franchise à une autre. Vous devez les verser afin de profiter de la marque et de financer l’aide qui vous sera apportée durant le processus de création de votre entreprise.

L’achat ou la location de locaux : Pour le choix de votre local, l’aide du franchiseur se limite à vous trouver un bon emplacement. Quant à l’acquisition ou à la location de celui-ci, la charge vous revient.

L’achat d’équipement et l’agencement de l’espace : Selon les activités prévues, vous pourrez avoir besoin de transformer complètement les locaux. Par ailleurs il peut arriver que le franchiseur vous impose un agencement précis. Vous devez donc être financièrement apte à régler la note.

Afin de couvrir toutes ces dépenses, vous aurez besoin de faire un apport personnel. Cet apport facilitera l’obtention d’un prêt bancaire pour  financer l’ouverture de votre entreprise. En effet, les banques demandent souvent une garantie avant de vous accorder un prêt. Cet apport représente environ 30 % à 40 % du montant de l’investissement initial. Il varie également en fonction de la franchise. Vous devez donc déjà avoir au préalable un fonds propre prévu pour votre projet.

Renseignez-vous également sur la contrepartie financière que vous devrez verser au franchiseur. En effet, il vous sera demandé de verser des royalties contre l’aide que le franchiseur vous apportera. Ces royalties constituent un montant fixe qu’il vous faudra payer régulièrement.

Pour aller plus loin, je vous propose de suivre cette vidéo : Comment atteindre ses objectifs : 5 conseils pour réussir.