Comment devenir un bon entrepreneur

Comment devenir un bon entrepreneur

L’entrepreneur est celui qui possède ou non un capital et qui s’investit intelligemment selon ses ambitions dans des activités économiques porteuses d’avenir. Comment devenir un bon entrepreneur ? Dans cet article vous découvrirez les traits de caractères d’un bon entrepreneur et quelques erreurs à éviter si vous êtes débutant.

Cliquez ICI pour recevoir 1H de formation offerte

Un bon entrepreneur met généralement en jeu sa carrière et sa sécurité financière pour mettre en œuvre une idée de création d’entreprise risquée. Le choix de créer une entreprise repose toujours sur l’équilibre existant entre le potentiel du projet entrepreneurial et la probabilité de sa réalisation. La réussite dans le monde de entrepreneuriat ne dépend pas de votre seule capacité d’investir, mais plutôt de qualité des gens dont vous vous entourez.

Le bon entrepreneur est le noyau autour duquel gravite une équipe compétente et souvent meilleure que lui dans des domaines spécifiques. Certaines qualités et aptitudes lui sont indispensables pour mener à bien son entreprise. Son profil, sa personnalité, son parcours, sa capacité à prendre des décisions, à maîtriser et à gérer les risques sont autant de paramètres qui déterminent son avenir en entreprise.

Les traits de caractères d’un bon entrepreneur

Traits de caractère d'un bon entrepreneur

Traits de caractère d’un bon entrepreneur

Le caractère d’une personne résume la manière dont cette personne réagit habituellement dans une situation donnée. Un bon entrepreneur est une personne qui ne saurait avoir n’importe quel comportement face à des situations précises. Chacune de ses décisions professionnelles conditionne l’avenir de son entreprise, ce qui le met dans une position stratégique et délicate. Pour savoir si vous avez déjà en vous des traits de caractères d’un bon entrepreneur, un bilan de caractères s’impose. Vous saurez alors faire la différence entre les aptitudes dont vous disposez naturellement et celles à développer dans le temps. Une liste exhaustive des qualités d’un bon entrepreneur n’existe pas mais un minimum de traits de caractères font l’unanimité.

Devenir un bon entrepreneur: L’Ambition

La mauvaise nouvelle est que de nombreux aspirants ne réussiront pas à devenir un bon entrepreneur qui fait la différence dans son secteur d’activité. Non pas parce qu’elles ne sont pas compétentes, intelligentes ou diplômées… Mais avant tout parce qu’elles ne sont pas suffisamment ambitieuses. L’ambition est importante dans la réussite sur le long terme. L’entrepreneur est une personne ambitieuse, donc un brin rêveur.

Un moral à toute épreuve

Le bon entrepreneur se forge un moral suffisamment fort. C’est ce qui lui permettra de persévérer même en situation d’échec. C’est quelqu’un qui brûle de désir d’avoir du succès. L’ambition lui permet de viser la croissance permanente et progressive pour son entreprise quand bien même il pourrait se contenter de ce qu’il possède déjà. L’entrepreneur innove grâce à son imagination et développe des stratégies pour mener à bien son entreprise.

La créativité pour sortir des sentiers battus

Pour avoir du succès, le bon entrepreneur doit se doter d’un brin de créativité. Avoir de la créativité lui permet de trouver des idées qui vont contribuer à faire croître sa société. La créativité lui donne de l’avance sur la concurrence, l’aide à trouver des marchés encore inexploités, ou à attirer une nouvelle clientèle.

L’excitation des défis pour se dépasser

Il a l’amour des défis et fait preuve d’une grande détermination. Un bon entrepreneur est prêt à faire tout ce qu’il faut dans les règles de l’éthique pour réaliser ses objectifs. Il ne s’arrête pas à la réalisation d’un objectif en se complaisant dans le confort. L’entrepreneur est en mouvement perpétuel et essaie de trouver de nouveaux objectifs encore plus ambitieux. Il n’attend pas que les opportunités viennent à lui, il va plutôt les chercher.

Un bon entrepreneur se doit d’être déterminé dans ses projets. Dès lors qu’il crée sa société, il doit savoir jusqu’où il veut aller, comment y aller, et mettre tout ce qu’il sait en application. Rien, ni personne ne doit l’arrêter. La personne déterminée, c’est celle qui ne se trouve a plus aucune excuse pour ne pas avancer.

Devenir un bon entrepreneur: Le Savoir et le savoir-faire

Un bon entrepreneur dispose à la fois du savoir et du savoir-faire qu’il met au service de son entreprise. Le savoir constitue un des aspects primordiaux du capital immatériel pour l’entreprise. Il est l’ensemble des connaissances acquises par l’apprentissage (les études) ou l’expérience. Le savoir-faire est l’habileté à résoudre les problèmes pratiques, en utilisant la compétence et l’expérience dans l’exercice d’une activité. Il est fondamentalement transmissible, secret, breveté et a une valeur marchande donc générateur de profit. La combinaison du savoir et du faire allie la connaissance et l’action, et relève de l’expérience du terrain. Le savoir-faire constitue un véritable actif pour chaque entreprise et fait partie intégrante de son patrimoine, au même titre qu’un brevet ou une marque.

Un bon entrepreneur évalue les conséquences probables de ses décisions et anticipe sur les solutions. Il est censé poser des actes objectifs et précis en puisant fondamentalement dans son savoir-faire. Il apprend constamment dans divers domaines concourant à la croissance de son entreprise. Cette maîtrise concourra au succès de son entreprise car cela lui évitera les erreurs dues à l’ignorance.

Afin de pouvoir se concentrer sur les tâches importantes, un bon entrepreneur sait déléguer des responsabilités. Bien déléguer, c’est important dans la mesure où toutes les décisions prises par cette personne engagent directement l’entreprise et auront des conséquences sur elle. Le savoir-faire d’un bon entrepreneur lui permet d’effectuer par lui-même, de petits contrôles préventifs relatifs aux tâches déléguées aux membres de son équipe. L’efficacité de l’entreprise se trouve ainsi renforcée.

Devenir un bon entrepreneur: Le savoir-être

La notion de savoir-être est relative à la pratique sociale et revêt des sens différents selon les acteurs, les institutions et le public qui la définissent. Cette notion est utilisée indifféremment comme équivalent à des « compétences comportementales » ou encore à des « savoirs comportementaux ». Le bon entrepreneur doit être un leader charismatique. Le savoir-être en entreprise est un facteur clé de l’évolution professionnelle. Les multiples modifications de stratégies de concurrence, technologiques et sociologiques poussent les entreprises à manager autrement. En effet, outre le savoir et le savoir-faire, ce sont les comportements qui font la cohésion et la performance de l’entreprise.

Le relationnel qui désamorce les conflits et inspire confiance

Afin de mobiliser les énergies pour la réussite du projet d’entreprise, le bon entrepreneur doit constamment communiquer et échanger. Ainsi, le respect mutuel, la solidarité et le sens de responsabilité s’installent et règnent au sein du personnel de l’entreprise. Il doit avoir un bon relationnel. Un bon entrepreneur doit être sociable, diplomate, clair dans ses propos et directif. Il doit avoir une force de proposition et de conviction et être capable de « se vendre » facilement.

Le bon entrepreneur devra faire preuve d’une grande ouverture d’esprit. Cela lui permet entre autre de discuter de tout avec tout le monde. Ainsi, il peut se créer un carnet d’adresses relativement important, qui est un atout majeur (réseau de compétence ou de contrat) dans la création d’un business. La sociabilité génère le contact et se révèle être un avantage énorme dans entrepreneuriat.

Il doit apprendre à faire des concessions au profit des employés, de la clientèle, des partenaires et autres  pour que l’entreprise en profite sur le long terme. La prospérité de l’entreprise requiert parfois de sacrifier son temps et parfois sa famille. Le bon entrepreneur doit être organisé et discipliné de manière à toujours exécuter ses planifications. Il est tolérant à l’échec et sais célébrer les succès. En toute circonstance, il garde sa lucidité et ne prend pas de décision sous le coup de l’émotion.

Devenir un bon entrepreneur: La capacité d’adaptation

Un minimum d’atouts est important pour lancer une entreprise innovante. Il faut savoir faire des profits et ce, selon le mode économique envisagé. L’entreprise doit être capable de vivre pendant la période  de maturation. Cela fait appel à la capacité managériale du promoteur qui fait tout ce qu’il faut, dans les règles de la déontologie pour éviter des situations extrêmes. Pour y parvenir, un bon entrepreneur doit faire preuve de flexibilité et apprendre surtout des échecs antérieurs. Il doit accepter et s’adapter au rythme de croissance très particulier de son l’entreprise.

Devenir un bon entrepreneur: Le courage

Le courage est nécessaire afin d’exercer le pouvoir de décision et de direction qui est du ressort du chef d’entreprise. Il analyse l’information et prend des décisions parfois même douloureuses. Le bon entrepreneur a besoin de ce courage pour opter pour l’investissement à long terme qui, généralement rapporte des gains à l’entreprise mais qui nécessite de la discipline. La prise de décision nécessite une certaine fermeté. Un bon entrepreneur a la psychologie du guerrier, rien ne lui est dû, il arrache ce qu’il estime lui revenir de droit. Il a le courage d’assumer ses erreurs et l’humilité de s’en excuser.

Devenir un bon entrepreneur: La passion

Elle justifie la détermination de l’entrepreneur à réussir. La passion et la détermination permettent de ne jamais se décourager face aux difficultés. L’entrepreneur trouve toujours de l’énergie pour reprendre malgré des échecs répétitifs. Il faut faire le discernement entre la détermination générée par la passion (persévérance) et l’obstination générée par la douleur d’avoir perdu. Cette dernière étant la même manière de faire les choses en espérant atteindre des résultats différents.

L’obstination est contre indiquée pour un dirigeant d’entreprise. Il faut utiliser les stratégies adéquates aux objectifs spécifiques et accepter l’échec. L’échec est formateur et si le bon entrepreneur est persévérant, il arrivera toujours à trouver la bonne approche pour résoudre le problème rencontré.

Devenir un bon entrepreneur: La fidélité

Le bon entrepreneur doit rester fidèle à ses projets et ses objectifs. Au-delà, il lui faudra également convaincre ses partenaires, ses employés, sa clientèle, son entourage sur son sens de la fidélité. Cette dernière conditionne la sincérité, la stabilité et la durabilité des relations et s’avère indispensable pour la prospérité de l’entreprise.

Devenir un bon entrepreneur: La formation

Le succès d’une entreprise dépend essentiellement de la capacité des promoteurs à s’adapter aux réalités du terrain et surtout à les anticiper. Le dynamisme et la pro-activité en entreprise dépendent de la capacité des acteurs à actualiser régulièrement leur connaissance. Un bon entrepreneur fait une veille concurrentielle afin de s’inscrire dans la logique d’amélioration continue et d’augmentation de ses connaissances.

Un bon entrepreneur possède des traits de caractères qui le distinguent et qui contribuent à son succès. Parallèlement, il doit éviter des erreurs qui peuvent anéantir ses efforts en entreprise.

Les erreurs qui vous empêchent de devenir un bon entrepreneur

Devenir un bon entrepreneur _ Les erreurs à éviter

Devenir un bon entrepreneur _ Les erreurs à éviter

Un bon entrepreneur évite certaines erreurs qui peuvent être à l’origine de l’anéantissement de la création ou de la gestion de son entreprise. Il est alors nécessaire de les clarifier.

Devenir un bon entrepreneur: Attendre la grande idée

Une idée qui trouve des clients est suffisante pour démarrer une entreprise. Viser à améliorer ce qui se fait déjà peut paraître moins innovant, mais c’est déjà intéressant comme idée pour entreprendre. L’originalité  et l’efficacité du projet seront mises en évidence dans son exécution. L’idée du siècle n’existe pas pour un bon entrepreneur. Les plus grandes inventions qui ont révolutionné notre monde trouvent souvent leur origine dans l’existant.

Devenir un bon entrepreneur: L’usure du porteur de projet

Se lancer sans une planification rigoureuse occasionne beaucoup de sacrifice essentiellement inutile. L’entrepreneur se retrouve ainsi à abuser de son temps, sa santé, sa famille et des autres. Il devient avec le temps contre-performant et finit par se rendre malade.

Devenir un bon entrepreneur: Les promesses tout azimut

Au démarrage de l’entreprise, l’enthousiasme, la recherche de la clientèle, des partenaires peuvent conduire à faire des promesses sans contrôle. La perte de la maîtrise sur les promesses peut entraîner l’endettement et le discrédit qui sont contre-productifs à l’entreprise. Ne surtout pas omettre de souscrire à l’assurance qui couvre l’entreprise en cas de situations fâcheuses ou de liquidation. Un bon entrepreneur ne promet pas dans l’euphorie, il ne blâme pas non plus dans la douleur de l’échec.

Devenir un bon entrepreneur: La spirale de compétition

Créer une entreprise en association parait aujourd’hui plus en vogue car ayant l’avantage d’être plus crédible. A ce niveau, il est capital de savoir s’associer. Un mauvais choix de partenaire engendre directement la faillite programmée de l’entreprise.

Il faut éviter de se mettre ensemble avec des partenaires qui ont le même profil (réactivité, expérience, compétence et autre) que soi. Il découle de ces associations un risque énorme de développer la dynamique de compétition entre les partenaires au détriment de la dynamique d’entreprise qui est le pilier de l’amélioration continue.

Un bon entrepreneur félicite les victoires de son associé et l’encourage dans la difficulté. La compétition doit rester saine et profiter à la croissance de l’entreprise. Ce n’est pas une bataille rangée d’égos.

Devenir un bon entrepreneur: Associés à parts égales

Ce type d’association concentre la réussite ou la faillite de l’entreprise dans les mains des initiateurs. De cette manière, une discorde entre les partenaires entraîne la disparition de l’entreprise. Ce partenariat rend vulnérable l’entreprise qui devrait être un patrimoine et la plonge dans la précarité. Un bon entrepreneur garde la majorité des actions de son entreprise. Cela veut dire posséder plus d’actions que chacun des autres associés.

Devenir un bon entrepreneur: La concentration des pouvoirs

Il n’est pas concevable qu’un associé cumule la majorité des postes stratégiques de responsabilité. Les différents partenaires ont le devoir d’apporter de l’expertise à l’entreprise et non, cumuler par exemple les postes administratifs, juridiques, de comptabilité et autre. Cela n’installe pas un climat de confiance et facilite le détournement. Un bon entrepreneur accorde sa confiance à ses associés puisqu’il les a scrupuleusement choisis.

Cliquez ICI pour recevoir 1H de formation offerte

Le bon moment pour entreprendre?

Devenir un bon entrepreneur - Passer à l'action

Devenir un bon entrepreneur – Passer à l’action

Il est important de rappeler qu’il n’existe pas de moment idéal pour entreprendre et investir. Tous les moments sont propices pour démarrer un business. Tout dépend de l’originalité des idées et des moyens pour y parvenir. Il s’agit de partir d’une idée qui répond effectivement à un besoin sur le marché, de faire son propre bilan humain et technique et de bien planifier. Vous avez un projet d’entreprise? Validez les traits de caractère du bon entrepreneur et lancez-vous!

Pour aller plus loin, découvrez dans cette vidéo: Comment devenir un entrepreneur à succès