Assurance vie ou placement immobilier : que choisir ?

Assurance vie

L’assurance vie est un placement financier. Celle-ci permet au souscripteur d’épargner de l’argent dans l’objectif de le transmettre à un bénéficiaire. D’autres moyens peuvent également constituer un patrimoine transmissible. C’est notamment le cas des placements immobiliers. Ils consistent à investir dans l’immobilier en vue de fructifier vos revenus. Ces deux moyens permettent de garantir la succession de toute personne. Découvrez dans cet article quel choix de placement faire entre l’assurance vie et le placement immobilier.

Fonctionnement de l’assurance vie

Qu'est-ce qu'une assurance vie

Qu’est-ce qu’une assurance vie

L’assurance vie est un contrat d’assurance qui permet de se constituer un capital qui produit lui-même des intérêts. Il permet ainsi de préparer sa retraite et de transmettre un patrimoine aux bénéficiaires de son choix. En souscrivant à un contrat d’assurance vie, l’assuré confie son épargne à un assureur (banque ou assurance) pour une durée déterminée. En retour, l’assureur s’engage à terme à lui verser la somme épargnée. Ce versement se fera sous forme d’un capital ou d’une rente viagère, assortie des intérêts obtenus. L’assurance vie se présente ainsi comme un placement rentable pour son épargne.

Les versements peuvent être libres ou programmés. Leur niveau, leur régularité et la durée totale du contrat se choisissent au moment de la souscription. Il n’y a aucun plafond de dépôt. L’argent placé sur un contrat d’assurance vie n’est pas bloqué. Un « rachat », c’est-à-dire un retrait partiel ou total de l’épargne est toujours possible en cas de nécessité. Cependant, la fiscalité peut s’avérer très lourde.

Au décès du souscripteur du contrat d’assurance vie, l’ensemble de l’épargne est transmise à ses héritiers. Leur nom est inscrit dans une « clause bénéficiaire », insérée dans le contrat d’assurance vie. L’assuré peut y désigner une ou plusieurs personnes. Celles-ci ne doivent pas nécessairement être ses héritiers directs. Le souscripteur peut également librement changer de bénéficiaire sans nul besoin de le faire savoir de façon officielle. Au moment de la succession, l’épargne transmise est assujettie à certains droits de succession. Le calcul de ces droits est soumis à un mode de calcul spécifique à l’assurance vie.

Cliquez ICI pour recevoir 1H de formation offerte

La gestion du contrat de l’assurance vie (les différentes méthodes de gestion)

Différentes méthodes de gestion d'un contrat d'assurance vie

Différentes méthodes de gestion d’un contrat d’assurance vie

La gestion des fonds d’assurance reçus de l’assuré consiste en leur placement dans des produits financiers à fort rendement. Cette gestion revêt plusieurs formes selon les termes du contrat :

  • La gestion libre
  • La gestion profilé
  • Une gestion pilotée.

1. La gestion libre 

Ce mode de gestion donne libre cours à l’assuré de choisir lui-même les produits financiers dans lesquels il compte investir les fonds (cotisations). Dans le cas où il aurait souscrit à l’assurance par l’intermédiaire de son banquier, la gestion revient à ce dernier qui agit au nom et dans l’intérêt de son client. Mais avec l’avènement d’internet et de la banque en ligne, l’assuré lui-même veille à la gestion et au suivi de ses placements.

En général, l’assuré qui fait l’option de la gestion libre est censé avoir une culture financière et boursière. Cela lui permet de faire les meilleurs arbitrages parmi la multitude des produits financiers disponibles. Quoique l’assureur met à sa disposition les outils (applications, progiciels…) pouvant lui permettre une sélection et un pilotage aisés de ses investissements, l’assuré a de nombreux choix.

2. La gestion profilée

La gestion profilée consiste pour votre mandataire à investir vos fonds dans des actifs financiers ou dans des véhicules d’investissement selon votre profil. Elle est à mi-chemin entre la gestion libre et la gestion sous-mandat. En effet, votre conseiller ou mandataire, avant toute décision d’investissement de vos fonds dans un actif financier, vous soumettra à un questionnaire. Le but étant d’avoir une idée précise de votre profil d’investisseur. Sur cette base votre mandataire optera soit pour:

  • Une gestion prudente : Pour les clients qui ont une forte aversion du risque.
  • La gestion équilibrée : Elle concerne les investisseurs qui souhaitent prendre des risques mesurés.
  • Une gestion dynamique : Ce dernier niveau est pour les investisseurs qui ne craignent pas d’investir dans des actifs à forts rendements et donc à forte volatilité.

3. La gestion sous mandat ou la gestion pilotée

La gestion individualisée sous mandat encore appelée gestion discrétionnaire ou gestion privée est généralement réservée aux « gros contrats ». Ces contrats qui se chiffrent dans l’ordre de plusieurs centaines de milliers d’euros, voire plus, sont souscrits par des clients fortunés. Ces derniers sont exigeants en matière de rendement et demandent un suivi rigoureux et personnalisé des portefeuilles. La gestion pilotée, encore appelée gestion déléguée ou gestion collective sous mandat, s’intéresse aux contrats grand public qui n’exigent pas un suivi personnalisé. Dans tous les cas, la gestion pilotée consiste à confier la gestion de son portefeuille d’assurance à un professionnel de la finance.

Comment choisir son contrat d’assurance vie ?

Comment choisir son contrat d'assurance vie

Comment choisir son contrat d’assurance vie

L’assurance vie est un placement de choix pour les français. En effet, le montant des sommes investies dans l’assurance vie est très important. Toutefois, le choix du contrat d’assurance vie n’est pas toujours facile à faire. Voici quelques éléments pour vous aider à effectuer plus aisément votre choix.

1. Choisir un contrat multisupport ou non 

Les contrats d’assurance vie en euros ne sont plus les plus pratiqués actuellement. Les investisseurs préférant les contrats multisupports. En effet, ces derniers permettent d’investir tant sur un fonds euro que sur un fonds action, obligations ou profilés. Toutefois, sachez que les contrats d’assurance vie en euros peuvent s’avérer plus rémunérateurs que certains contrats multisupports. De plus, si vous voulez éviter de prendre trop de risque dans votre investissement, un contrat multisupport est moins conseillé.

2. Diversifier ses contrats et ses avoirs

Il est important lorsqu’on investit son épargne de diversifier ses placements. En effet, cela limite les risques en cas d’imprévu. De plus, chaque épargnant est libre de souscrire à plusieurs contrats d’assurance vie. Vous pouvez alors vous servir de la concurrence et ouvrir plusieurs comptes d’épargne chez différents acteurs. Ainsi, en cas de faillite de l’un des assureurs, les risques sont limités.

Par ailleurs, sachez qu’en cas de faillite, l’assureur doit vous verser une garantie. Celle-ci est de 70 000 euros par personne assurée. Cette garantie ne porte pas sur chacun des contrats mais sur vos avoirs. D’où l’importance de dispatcher vos contrats d’assurance vie. Ce faisant, assurez-vous de ne pas verser plus 70 000 euros par contrat.

3. Penser à maximiser ses intérêts propres

Assurez-vous de souscrire à un contrat d’assurance qui vous rapporte le maximum possible. Pour cela, vous devez limiter les frais liés aux diverses opérations. Ainsi, sachez que des contrats d’assurance sans frais prélevés sur les versements sont possibles. Profitez-en pour réduire les frais relatifs aux opérations.

Afin de choisir le contrat d’assurance offrant les frais les plus réduits, vous devez calculer le rendement net. C’est-à-dire, la performance diminuée des frais. Il existe des comparateurs en ligne qui vous permettent d’effectuer ce calcul. Vous pourrez alors aisément comparer entre les différentes offres.

Par ailleurs, vous pouvez également consulter l’historique des rendements passés d’une performance afin de juger. Cependant, sachez que cet historique ne permet pas forcément d’appréhender le futur. Vous aurez toutefois des indications sur les compétences de gestion de l’assureur. Pour ce faire, vous pouvez consulter sur internet, le classement des derniers rendements rendus public.

4. Choisir un établissement de renommée afin de limiter les risques

Toujours dans l’objectif de minimiser les risques, préférez les assureurs qui ont un palmarès. Cela évitera que vous soyez le client test d’un assureur moins qualifié. Ainsi, même si la performance semble légèrement inférieure, préférez toujours un établissement renommé. Vous pouvez y souscrire en limitant toutefois votre budget.

Par ailleurs, ne vous fiez pas aux distinctions accordées par des magazines. Parfois, il ne s’agit que de marketing pure.

5. Opter pour un contrat qui s’adapte à ses besoins

Choisissez un contrat qui vous permet d’avoir l’accompagnement que vous souhaitez. Par exemple, si vous désirez gérer vous-même vos avoirs sur internet, il faudrait que l’assureur propose cette option. Il existe en effet plusieurs contrats d’assurance vie sur internet qui n’offrent pourtant pas cette option. De même, si vous souhaitez recevoir des conseils personnalisés, vous risquez de ne pas l’obtenir avec un contrat en ligne.

6.  Choisir un contrat d’assurance vie qui propose un nombre de supports en adéquation avec ses attentes

En effet, certains contrats d’assurance vie ne proposent qu’un nombre limité de fonds. Tandis que d’autres, proposent plusieurs centaines de fonds. Pour limiter les risques, il est important de pouvoir diversifier les gestionnaires de fonds. En revanche, si vous ne souhaitez pas investir dans plus de 5 fonds différents, un contrat proposant 500 fonds est superflu.

7 – Opter pour un contrat collectif ou individuel ?

En optant pour un contrat individuel, vous limitez la liberté de l’assureur. Ce dernier ne pourra donc pas effectuer des changements sur le contrat sans votre accord préalable. En revanche, dans un contrat d’assurance vie collectif, vous êtes moins au contrôle de votre contrat. Bien souvent dans ce cas, c’est une association qui s’occupe de la gestion de la relation assuré/assureur. Aussi, vous serez amené à subir les décisions de l’association.

Comment investir dans l’immobilier ?

Assurance vie - investir dans l'immobilier

Assurance vie – investir dans l’immobilier

Pour investir dans l’immobilier, il y a quelques règles à respecter. En effet, il faut trouver un vendeur motivé. L’une des règles de base est de bien acheter. Pour bien acheter, il n’y a pas de secrets, il faut acheter à quelqu’un qui veut vraiment vendre. Ainsi, il faut définir votre cible. C’est-à-dire lors d’un premier investissement et selon votre capacité d’emprunt. Le choix se fait le plus souvent entre un studio et un appartement de 2 pièces. Indépendamment de votre choix, vous devez être cohérent et faire preuve de bon sens. Si vous ciblez les étudiants, les petites surfaces sont davantage adaptés pour eux.

Ensuite, il faut faire des recherches, visitez beaucoup et faites peu de propositions. La stratégie est de visiter un grand nombre de biens avant d’effectuer un achat. La méthode de recherche peut être déroutante car les supports sont très nombreux : internet, journaux, agents immobiliers, etc.

Il faut aussi penser à acheter près de chez vous car cela facilite la gestion. L’alternative est d’acheter dans un endroit qu’on connaît déjà bien (par exemple la ville d’où l’on vient). La proximité est nécessaire pour 2 raisons : savoir réellement où vous achetez, pouvoir intervenir en cas de problème.

Enfin, la recherche d’un financement peut être nécessaire. Cela peut mettre du temps, mais pour éviter de perdre une opportunité, il est bon de vérifier votre capacité d’emprunt avant de faire une offre. Procédez de la même manière que vous l’auriez fait pour acheter votre propre logement.

Différences entre l’assurance vie et l’immobilier

En fait, l’immobilier et l’assurance vie sont deux placements complémentaires. Au-delà des avantages techniques qu’ils offrent : sécurité, performance, liquidités, fiscalité; votre choix doit tenir compte de vos goûts personnels. Et parallèlement du temps que vous êtes prêt à y investir. Si vous n’êtes pas séduit par le fait de déposer une petite annonce pour trouver un locataire, vous pouvez songer plutôt à l’assurance vie. A contrario, si vous ne faites pas confiance à l’efficacité des établissements financiers pour gérer vos avoirs, préférez l’investissement immobilier.

 

Cliquez ICI pour recevoir 1H de formation offerte

Au terme de cet article, il en ressort que l’assurance vie et le placement immobilier sont tous deux des investissements rentables. Cependant chacun d’eux demande de l’expérience et du temps. Par ailleurs, vous n’êtes pas contraint de choisir l’un ou l’autre. Une solution sera de faire plusieurs investissements dans l’immobilier grâce au crédit bancaire. Vous pourrez alors vous constituer un patrimoine. Ainsi, une fois votre emprunt remboursé, vendez et privilégiez l’assurance vie. Vous disposerez alors de revenus complémentaires peu fiscalisés, ce qui facilitera la transmission à vos proches.

Pour aller plus loin je vous propose de suivre cette vidéo : 7 commandements de l’investisseur immobilier !